Porteur de projet

                                                                      

 

Peggy Reboul 

 

J’ai enseigné les arts plastiques au collège d’Uzès  pendant 20 ans en parallèle d’une pratique artistique et d’une grande passion : le cheval.
En 2010, en imaginant et en déployant un vaste projet au sein de ma commune intitulé : « Interdépendance », j’ai invité les habitants de Saint-Chaptes dans le gard, à pousser  la porte de mon atelier,  pour plonger leurs mains dans l’alginate.  Ainsi 133 moulages de mains en plâtre sont nés et ont été installés dans le temple du village. Je voulais simplement montrer le lien qui nous unit.
En 2012, en  réalisant une série de photographies dans les cuisines de Michel Bras, grand chef cuisinier étoilé, installé à Laguiole, je désirais montrer  l’interdépendance entre l’homme et la nature, l’étroite relation entre la cuisine et les arts plastiques et enfin la main, le geste.
Depuis 2013, mon travail actuel traite de l’inter-être et devient de plus en plus engagé, dénonçant les lobbies agroalimentaires et les conditions d’élevages des animaux de rente. A travers mes photographies humanistes je rend hommage aux paysans qui résistent aux systèmes alimentaires modernes et révèle le lien qui nous unit à l’animal, à la terre et au végétal.
J’ai souvent voyagé en Inde et en Asie du Sud Est, autant de prétextes à aiguiser mon oeil, avide de photographier mains, portraits, paysages. Mais surtout à travers  l’étude des textes bouddhiques, j’ai  trouvé matière à enrichir mes intuitions artistiques. Mes recherches m’ ont alors permis de cultiver le détachement et de me sentir prête à accepter le changement. Ce travail artistique est visible sur le site : ferron-callot.net

Par chance, en aout 2013, la vie m’offre l’occasion d’ouvrir encore plus grand mes yeux et mon coeur, tout en laissant le mental au repos. Suite à un AVC  je réalise qu’il est temps de vivre pleinement mes rêves au lieu de rêver ma vie. Mon rêve de petite fille ? Fermière ou soignant pour les animaux ou tout simplement partager mon temps avec des vaches, des chevaux, des cochons, des poules…et mettre les mains dans la terre. Que cela ne tienne ! Je décide de créer une ferme expérimentale et atypique…la graine est plantée.

Je rencontre alors Pierre Rabhi, et je suis séduite.

En 2014, je m’initie à l’ agro- écologie chez Terre et Humanisme et en permaculture auprès de Steave Read.

Cette même année, je  découvre alors la physique quantique dont mon père me parlait depuis ma plus jeune enfance, et la communication intuitive avec les animaux  avec le docteur vétérinaire Anna Evans, jusqu’au niveau approfondissement puis avec la vétérinaire, médium et clair-sentante : Florence Emmeline Lombardini , en suivant tous les modules de formations ainsi que les modules spécifiques de communication avec les animaux. Egalement formée en soins énergétiques et en géobiologie. Cela me permet de mieux appréhender le monde animal, et végétal et d’aider à la ré-harmonisation du vivant et des lieux. 

Cavalière depuis 25 ans, j’ai passé une dizaine d’années dans une écurie de dressage à Vauvert, chez Monsieur Lionel Prévot ou je me suis surtout spécialisée dans le re-dressage de chevaux ibériques. Je constate alors, que je suis en capacité d’apaiser  les chevaux « dits difficiles ». Aider l’humain et l’animal à se retrouver me procure de la joie et c’est ce que je propose dans le cadre de l’activité Cheval en Soi, grâce à une approche globale du cheval.

En 2015, en parallèle de la communication animale, je décide de reprendre des études agricoles en  conduite et gestion d’exploitation hippique me permettant de cumuler 7 mois de formation en écurie de dressage, et chez des éleveurs de pur sangs lusitaniens: Dany Lahaye puis Régine et Dominique Ghisalberti, afin d ‘enrichir mes connaissances du cheval.

Curieuse et exigeante je continue aujourd’hui  inlassablement mes formations dans le domaine équestre que cela soit dans le  soin,  la communication,  le travail en liberté ou le travail monté. J’ai une profonde admiration pour  Linda Tellington Jones et Frédéric Pignon par exemple, qui fonctionnent tous les deux avec l’intelligence du coeur .

Rhéa du Fesquet (jument baie lusitaniène ) a été aussi ma grande conseillère en éveillant en moi cette recherche d’unicité et de connexion aussi profonde que subtile avec le cheval. Dans l’ombre elle continue à me guider tandis qu’ Anda-luz (PRE ) cheval lumière, me montre la voie de la communion parfaite entre l’homme et l’animal. Je suis cavalière,  comportementaliste, dresseuse…mais plus que tout autre chose : chercheuse…
Aujourd’hui pour vivre en cohérence avec mes valeurs, ma vie toute entière se doit d’être créative et devenir un terrain de jeu, d’ expérimentation et de réflexion. Je me sens heureuse de porter le projet  « la Ferme de Rhéa » pour partager mes expériences, me relier à moi, à l’autre et rendre hommage à la nature.

J’ai beaucoup de plaisir à me mettre au service du vivant et faire ma part de colibris en faisant l’intermédiaire entre l’humain et l’animal, l’humain et le végétal.

Les animaux et les végétaux nous parlent. ils sont nos guides.  Je suis donc à ce jour  Interprète animalier, ou communicatrice intuitive.